octobre 22

Sébastien Giguère   Responsable de l’éducation scientifique

Ah! la pudeur du philosophe au cœur du règne de l’homo faber, je connais bien! Ou devrais-je plutôt dire que je l’ai bien connue?

Car avec la vie qui s’écoule, avec les réalisations et la reconnaissance du milieu professionnel, porter l’image du philosophe est aujourd’hui bien plus facile qu’à l’époque universitaire. Plus facile maintenant que j’ai « fait mes preuves ». À partir du moment où son entourage réalise que le philosophe est capable de « performer dans la vie réelle », son titre se met soudainement à susciter plus de respect que de perplexité.

Un diplôme en philosophie n’aide pas toujours à ouvrir les portes. Mais une fois une porte ouverte, une formation en philosophie constitue un bagage gagnant pour «réussir». En général, les milieux professionnels sont souvent en déficit de capacité de synthèse, d’écriture, de structure d’argumentation, de perspective de la pensée, etc. De telles qualités peuvent nous permettre de nous démarquer et d’être apprécier dans un milieu de travail. Je l’ai vécu, je l’ai entendu dire par d’autres collègues de ma cohorte.

Quand j’ai fait le choix de la philo à 18 ans, c’était pour l’amour de la connaissance, c’était au nom de mon étonnement et de ma curiosité devant le monde. Je considérais que je prenais un risque du point de vue de mon avenir professionnel, mais, comme on n’a qu’une vie à vivre, la priorité c’était d’aller vers ce que j’aime. J’ai donc priorisé ma passion, mais je me suis pris une petite police d’assurance en ajoutant à mon cursus une mineure en communication. Juste pour avoir l’air un peu normal…

Je considère aujourd’hui que le choix de la philo est une des meilleures décisions de ma vie. J’ai aujourd’hui le privilège immense de m’accomplir et de gagner ma vie dans un domaine que j’aime, bien plus près d’une cause que d’une «job». Bien sûr, j’ai aussi été chanceux. Les hasards de la causalité m’ont amené à être au bon endroit au bon moment, je peux le reconnaître. Mais clairement, mes qualités de philosophe m’ont aidé à saisir ma chance.

Sébastien Giguère
Baccalauréat en philosophie